Trot Publié le vendredi 26 août 2016 à 16h03

Rencontre avec Vincent Maillard, un jeune entraîneur de trot


Vincent Maillard au sulky de son pensionnaire à Francheville
Vincent Maillard au sulky de son pensionnaire à Francheville (©Jean-Michel Garnier)

Nous parlons très régulièrement au trot des grands entraîneurs tels que Fabrice Souloy, Sébastien Guarato, Philippe Allaire ou encore Franck Leblanc, mais il n'y a pas qu'eux. Nous souhaitions faire la lumière cette fois-ci sur un jeune entraîneur de province. Rencontre avec Vincent Maillard, entraîneur à son compte depuis environ 2 ans.

(Zone-turf.fr) -

"La Suède complète la France dans sa manière de soigner les chevaux"

Né en février 1988 et originaire de Normandie, Vincent Maillard, qui n'a aucun lien de parenté avec l'entraîneur Arnaud Gilles Maillard, est installé à son compte depuis maintenant 2 ans (septembre 2014). Fils d'un père agriculteur et éleveur, il décide rapidement de consacrer son avenir professionnel aux courses hippiques et intègre l'école de Graignes (AFASEC). Il réalise ses premières classes dans la Manche chez Gérard Raulline puis s'en est suivi un stage au sein de l'Ecurie des Charmes et un passage chez Michaël-Jean Ruault, avant de prendre ses valises et de partir 2 ans chez Robert Bergh en Suède. Cette expérience hors de nos frontières lui aura été bénéfique puisqu'il considère : "que la Suède complète la France dans sa manière de soigner les chevaux, notamment par les techniques des soins apportées". De retour en France, il réintègre l'effectif de l'Ecurie des Charmes pendant 4 ans avant de passer sa licence d'entraîneur et de l'obtenir dans la foulée.

"J'essaye de privilégier la qualité à la quantité"

Installé dans le Calvados (14) à Petiville, il tourne actuellement avec un effectif de moins de cinq chevaux, mais avec un fort taux de réussite ces dernières semaines, notamment grâce à ses deux fers de lance : Amour du Bourg et Awa Victoria. (Ndlr : concernant le premier cité, n'hésitez pas à le suivre, il devrait remporter sa course prochainement). Sinon, son truc à lui, c'est de "retaper" des chevaux qui ont des problèmes de santé afin qu'ils puissent revoir les podiums rapidement. Il souhaite actuellement agrandir son écurie et conquérir de nouveaux propriétaires avec les résultats qu'il obtient, mais comme il le dit si bien : "j'essaye de privilégier la qualité à la quantité, et surtout de faire du bon travail sur chaque cheval". C'est tout ce qu'on lui souhaite.

Jusqu'à 600€ offerts pour parier sur les courses hippiques !